Sortez.

C’est une histoire que je raconte souvent aux gens qui me demandent comment je gĂšre tout ce qui se passe chez OpenClassrooms. Vu de l’extĂ©rieur, on peut avoir l’impression que c’est difficile de ne pas devenir fou :

  • On est environ 100 personnes aujourd’hui (il y a un an, on Ă©tait
 35)
  • Notre chiffre d’affaire a augmentĂ© de +120% l’an dernier

Il n’y a pas de recette magique, mais je partage volontiers quelque chose que nous avons toujours rĂ©guliĂšrement fait avec mon associĂ© Pierre : nous sortons. Tous les deux, hors du bureau.

Tous les 6 mois, nous prenons un week-end de 3 jours hors des bureaux. Nous allons souvent dans un chĂąlet dans les Alpes, et nous avons mĂȘme poussĂ© une fois jusqu’en Italie. La clĂ© semble ĂȘtre d’aller aussi loin de la civilisation que possible, pour Ă©viter toute distraction.

Qu’y faisons-nous ?

Nous parlons beaucoup.

Nous listons tout ce dont nous voulons parler. Tout ce qui nous passe par la tĂȘte.

Ensuite, nous en parlons, jusqu’à ce que nous tombions tous les deux d’accord sur des solutions. C’est plus facile que ça en a l’air pour nous, peut-ĂȘtre parce que nous nous sommes amĂ©liorĂ©s au fil du temps. La clĂ©, c’est la pratique (comme un peu tout dans la vie). 😉

Les dĂ©cisions les plus importantes ont Ă©tĂ© prises de cette façon. Une fois, nous avons dĂ©cidĂ© que nous en avions marre des pubs sur notre site et que vendre des livres n’allait pas nous permettre d’évoluer beaucoup. Nous avons choisi d’arrĂȘter nos 2 principales sources de revenus
 et nous avons dĂ©cidĂ© d’en dĂ©marrer une nouvelle, qui serait basĂ©e sur un modĂšle freemium.

Cela a pris 2 ans. Quand on y pense, c’était une des dĂ©cisions les plus importantes et les plus positives que nous ayons pu prendre. Elle a permis le succĂšs de l’entreprise qui a suivi.


Nous partons donc, et c’est aussi simple que ça. J’en parle aujourd’hui parce que j’ai l’impression que trop peu d’entrepreneurs semblent oser faire ça. Ce n’est pourtant pas comme si leur entreprise ou le monde allait s’écrouler en leur absence.

Partir nous a prouvĂ© Ă  chaque fois que cela nous aidait Ă  percevoir les choses avec plus de hauteur de vue. Au sens figuré  comme au sens propre. 🌁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.